Vers-Charmasél-Genceniéres

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charmesél-Genceniéres[1][2][3]

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Viua du bôrg de Vers-Charmasél.

Vers-Charmasél-Genceniéres[Nota 1][1][2] [ve.ʃɒʁ.ma.ˈzɛ ʒɛs.ˈnɛʁ][Nota 2][2] (Chalmazel-Jeansagnière en francês) est na comena novèla francêsa et arpetana du Forês, que sè trôve dens lo dèpartament de la Lêre en règ·ion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes. Vint de la fusion u de les doves comenes de Genceniéres (qu’ére na partia du Rouanês historico) et Vers-Charmasél.

Los habitents du vialâjo sont apelâs le mondo de Vers-Charmasél-Genceniéres [lə mɔ̃d dve.ʃɒʁ.ma.ˈzɛ ʒɛs.ˈnɛʁ][Nota 3].

Notes et rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Notes[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. Ècrivont arriér-més Vers-Charmasèl-Gènceniéres en grafia sarrâye.
    Diont étot Charmesél-Genceniéres [ʃam.ˈze ʒɛs.ˈnɛːʁ] en ôtros patouès forésiens, qu’ècrivont arriér-més Charmesél-Gènceniéres en grafia sarrâye.
    Les ôtres vês, prononciêvont probâblament [tsarm.ˈze dzɛ̃s.ˈnɛːr] ou ben [tsam.ˈze dzɛs.ˈnɛːr].
  2. Les ôtres vês, prononciêvont probâblament [ve.tsar.ma.ˈze dzɛ̃s.ˈnɛːr] ou ben [ve.tsɒr.ma.ˈzɛ dzɛs.ˈnɛːr].
  3. Ècrivont étot le mondo de Vers-Charmasèl-Gènceniéres en grafia sarrâye.
    Diont arriér-més le mondo de vers Charmesél-Genceniéres [lə mɔ̃d dve ʃam.ˈze ʒɛs.ˈnɛːʁ] en ôtros patouès forésiens, qu’ècrivont étot le mondo de vers Charmesél-Gènceniéres en grafia sarrâye.
    Les ôtres vês, prononciêvont probâblament [lə ˈmɔ̃.do dve.tsar.ma.ˈze dzɛ̃s.ˈnɛːr] ou ben [lə ˈmɔ̃.dɔ dve.tsɒr.ma.ˈzɛ dzɛs.ˈnɛːr] et pués [lə ˈmɔ̃.do dve tsarm.ˈze dzɛ̃s.ˈnɛːr] ou ben [lə ˈmɔ̃.dɔ dve tsam.ˈze dzɛs.ˈnɛːr].

Rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. 1,0  et 1,1(fr) Jian-Èdmê Duforn - « Dictionnaire topographique du Forez et des paroisses du Lyonnais et du Beaujolais formant le département de la Loire », Mâcon, Protat, 1946, col. 142-143 et pués 464. Liére en legne.
  2. 2,02,1  et 2,2[PDF](fr) Gzaviér Govèrt - « Problèmes et méthodes en toponymie française. Essais de linguistique historique sur les noms de lieux du Roannais », Tèsa de doctorat, Univèrsitât Paris-Sorbona, 2008, p. 189-190, 343, 750, 782-783 et pués 940-944.
  3. [PDF](fr) Patois vivant - « Parlons patois », Montbréson, Cahier de village de Forez, n° 100, 2011, p. 37-38.